En préalable, le CPNS dont l’objet social est « la protection de l’homme et de son environnement »  tient à remercier les travailleurs de l’ombre et des hôpitaux qui nous aident à maintenir une vie au mieux de notre forme pendant cette période de confinement que nous aurions aimé ne jamais connaître… comme tant d’atteintes à l’homme et son environnement.

 

Le port de Brétignolles-sur-Mer, un naufrage assuré

Le logo des Gardiens de la dune

Si l’heure est donc aux remerciements multiples, ne pourrions-nous pas associer à ces remerciements les jeunes filles et garçons de la ZAD de la Dune à Brétignolles qui, par leur abnégation, ont lutté dans le froid et la pluie durant un hiver particulièrement difficile, pour maintenir un semblant de démocratie. Quelle leçon de courage en effet que ces jeunes qui ont lutté pour le climat, le nouveau « virus » de demain. Le modèle ancien que les décideurs multiples leur (nous) proposent semble tellement dépassé !

Nous pouvons aussi nous amuser de ce genre de lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Mais on imagine bien aujourd’hui ce que serait cet aéroport fort coûteux avec des pistes sans avion ! N’avaient-t-ils pas un peu raison de nous amener à réfléchir ?

 

«  A Brétignolles, on a mis au bûcher

toutes les idées novatrices

pour le plaisir de quelques-uns. »

 

A Brétignolles, comme des sorcières qui se faisaient brûler au Moyen Âge, on a mis au bûcher toutes les idées novatrices pour le plaisir de quelques-uns. 

 

Manifestation du 19 octobre 2019 à La Roche sur Yon

 

Parlant d’un port et de bateaux, le terme de naufrage est particulièrement adapté :

Naufrage Politique : les citoyens n’ont pas toujours pas reçu la « vérité » promise par le président de la Communauté de Communes. Les élus ont dû accepté ce projet sous contrainte de « chantage à la subvention » pour leur commune;

Naufrage Economique : au commencement, la CdC indiquait un fort bénéfice pour ce port, puis qu’il ne coûterait rien aux habitants, puis maintenant, il faut envisager une perte de 1 M€ par an. Sur 30 ans, cela fera tout compris plus de 100 M€ investis sur ce sujet …

Naufrage Environnemental : en 2011 comme en 2019, l’hydrogéologue départemental honoraire comme certaines administrations, ont conclu que la pénétration du biseau salé dans les eaux douces et le comblement de la carrière riche en eau seront destructeurs, de façon irréversible, de la ressource en eau douce du secteur et de la biodiversité associée.

 

C’est pourquoi un moratoire sur les travaux est vital

et la constitution d’un groupe d’experts indépendants plus que nécessaire.

 

En complément de cet article, nous vous invitons à consulter l’article consacré à la ZAD de la Dune publié sur le  blog de la célèbre émission « Là-bas si j’ysuis » : cliquer ici