Des produits agricoles locaux et de saison, c’est désormais possible en grandes surfaces ; cet objectif sera-t-il reconduit après la crise sanitaire ?

 

Rayon-Fruits-frais-AuBio-Arcadie

 

Les grandes surfaces se targuent actuellement de soutenir les producteurs agricoles français dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. Elles proposent, quand cela est possible, des produits locaux et de saison. Cette politique paraît tomber sous le sens commun. Malheureusement, elle était encore impossible à mettre en œuvre, selon ces mêmes centrales d’achat, il y a encore quelques mois. La crise sanitaire du coronavirus peut-elle donner aux grandes surfaces le réflexe d’acheter local et selon la saison ?

Marché

Si l’achat aux producteurs locaux et selon la saison n’était pas possible selon les grandes surfaces, c’était pour une raison invoquée de prix. Les récriminations entre les différents acteurs sont connues et, malgré la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable (dite loi Egalim, promulguée le 1er novembre 2018), les critiques n’ont pas cessé. En novembre 2019, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs appelaient à manifester partout en France pour alerter sur le peu d’influence de la loi sur les revenus des agriculteurs.

Avec la crise sanitaire et l’appel aux grandes surfaces à soutenir les producteurs français (agriculture et pêche), le prix n’est plus la priorité. Des produits sont mis en rayon quelquefois sans discussion du prix proposé.

Quand la crise sanitaire se terminera, les grandes surfaces joueront-elles toujours ce rôle de soutien aux producteurs agricoles locaux ? Proposeront-elles des produits de saison ou tenteront-elles de revenir à l’ancien modèle d’une proposition pléthorique et sans lien avec les mois de production naturelle ? Pas sûr sauf si nos dirigeants insistent sur la nécessité sanitaire de cet engagement en redéfinissant les finalités de leur rôle de distributeur. Ajoutons à cela que les agriculteurs ont un rôle de confiance à jouer, en se positionnant sur la qualité de leurs produits, qui doit dépasser la seule dimension productiviste.

Vente à la ferme

 

Souhaitons d’autre part que ceux qui ont redécouvert les produits frais des fermes locales en vente directe conservent cette habitude et que les marchés de proximité rouvrent en continuant à jouer leurs rôles de distribution alimentaire et de lien social.