Lors du Conseil Municipal de Saint-Hilaire-de-Riez du lundi 15 février, il a été voté une demande de moratoire sur le déploiement de la 5G dans la commune.

Il s’agit d’adresser cette demande à l’Etat et pour la Ville d’utiliser son droit à la subsidiarité (c’est elle qui est la plus proche à porter la responsabilité du déploiement) concernant le principe de précaution tant qu’une étude globale et indépendante sur les impacts et la balance avantages / risques n’aura pas abouti.

Le CPNS aidé du collectif Stoplinky5GRiezvie avait rencontré à deux reprises en septembre et novembre 2020, l’adjoint à l’environnement de la Commune pour alerter sur les conséquences du développement de la 5G sur le territoire.

Un satisfecit

Ainsi le CPNS est satisfait de ce vote qui ouvre le sujet au débat public et donne l’occasion de prendre en compte:

  • les enjeux énergétiques : un équipement 5G consomme 3 fois plus qu’un équipement 4G)
  • la réalité du besoin : développement de la fibre optique en parallèle
  • les questions sanitaires : multiplication des ondes qui s’ajoutent à celles des 2,3 et 4G
  • les impacts sur la biodiversité et les paysages par la multiplication des antennes.

 

Elargir le débat à l’échelle du canton

Le CPNS souhaite que cette demande soit effectivement suivie du débat promis, à l’échelle non pas de Saint Hilaire uniquement mais pourquoi pas sur l’ensemble du territoire du Pays de St Gilles.

Un courrier en ce sens a été adressé à la municipalité de Saint-Hilaire-de-Riez.

 

 

0 0 voter
Évaluation de l'article