Il est nécessaire que chacun comprenne  le lien entre environnement sain et santé et fasse sa part  pour respecter la planète en adaptant son mode de consommation et son mode de vie.

Nous espérons que vous allez bien, vous et vos proches.

Réduits au confinement, nous prenons le temps de réfléchir à la sortie de cette crise sanitaire qui n’a pas été anticipée mais qui pourtant mesure le lien fort qui existe entre environnement sain et santé. En mars 2019, on apprenait par exemple qu’en 2015 la pollution atmosphérique à elle seule est responsable de 8,8 millions de morts par an dont 67 000 en France. On apprend d’autre part dans un texte d’actu environnement de fin mars 2020 que le coût sanitaire de la mauvaise qualité de l’air est estimé de 50 milliards  d’euros par an à l’échelle européenne.

Le risque du virus a été accentué dans les zones où la pollution de l’air était accrue comme vient encore de le montrer une étude au nord de l’Italie. En effet un air pollué fragilise les corps et les poumons, et favorise la dispersion des virus portés par les particules fines. L’air est un fluide qui obéit aux mêmes lois physiques que l’eau.

Il est nécessaire que chacun comprenne le lien entre environnement sain et santé et fasse sa part pour respecter la planète en adaptant son mode de consommation et son mode de vie. Nos gouvernants doivent réaliser qu’il faut qu’ils respectent les engagements qu’ils ont pris pour le climat sous peine d’affronter une nouvelle crise sanitaire dans un avenir proche. La prévention est de mise.

La pollution régresse pendant ce confinement mais il ne faudrait pas qu’elle reparte de plus belle à la reprise : des objectifs à poursuivre comme la taxation des déplacements les plus polluants (l’usage de l’avion est par exemple 40 fois plus polluant que l’usage du train sur des déplacements intérieurs usuels), le développement des transports en commun, la modération des rejets industriels, la réutilisation des objets et la réduction des gaspillages de toutes sortes.

Plus que jamais le CPNS militera pour un environnement sain avec les collectifs de citoyens qui s’engagent dans cet objectif. Plein d’initiatives naissent déjà, soutenons les circuits courts (en cette période de confinement, les produits locaux et de saison retrouvent un engouement auprès de la population), soutenons aussi les commerces de proximité qui permettent de maintenir un lien social, … combattons les pollutions de toutes sortes (eau, air, sol et électromagnétique). Faisons preuve de résilience : soyons capables de rebondir et de nous reconstruire ensemble après cette crise sanitaire.

Vous voulez partager vos réflexions ? 

-n’hésitez pas à laisser un commentaire à la fin de cet article

-écrivez un article étayé et faites nous le parvenir sur notre boîte mail