L’histoire retiendra du maire qu’il aura réduit à néant le patrimoine balnéaire de Saint Hilaire de Riez et détruit à jamais l’identité de la station balnéaire de Sion-sur-l’Océan.

En complément de l’article paru dans Ouest France le 20 septembre dernier, voici celui du Courrier Vendéen du 27 septembre :cliquer ici

Sous le titre « les associations ont une alternative à la destruction de l’ancien casino des pins » l’ancien architecte du patrimoine Alexandre Billon que le CPNS avait consulté dès 2016, assure : « Le bâtiment n’est pas en péril : il peut être restauré ». Aussi le collectif d’associations patrimoniales de Saint Hilaire de Riez souhaite t il proposer des alternatives à la destruction et martèle que ‘’la place Gaston Pateau n’est pas une page blanche sur laquelle doit se réécrire l’histoire… ‘’
Dans le paragraphe « 5 questions au maire »,cliquez ici, la mairie campe sur sa décision de démolir motivée par des arguments que nous dénonçons :
– le choix de démolir qui date de 1963 ne peut être applicable 55 ans plus tard en 2018, le contexte a forcément changé !
– le résultat d’une consultation organisée en octobre 2016, celle ci ne portait pas sur le sujet de garder ou non le casino puisque la décision de démolir avait été déjà prise par la Municipalité.
-’’ le site est devenu dangereux’’ mais on y appuie un escalier extérieur et des structures en bois pendant 3 mois cet été où le public a pu accéder sans retenue.

Quant à la date de démolition, M. le Maire dit qu’elle est « conditionnée par le résultat du jugement du tribunal administratif de ce mercredi 26 septembre ». Ceci est inexact : l’audience qui a eu lieu mercredi 26 n’est pas le jugement au fond de la validité du permis de démolir (qui aura lieu plus tard) mais un référé qui peut suspendre provisoirement les effets du permis de démolir que M. le Maire s’est accordé à lui-même le 21 février 2018. Le juge des référés a rejeté notre demande « considérant que les moyens invoqués ne paraissent pas, en l’état de l’instruction propres à créer un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée. »
Compte tenu qu’à Saint Hilaire de Riez, le patrimoine n’est pas protégé, laissant tout pouvoir au Maire de détruire les bâtiments publics de caractère, notre défense juridique se limite à la seule « erreur manifeste d’appréciation » qui est très subjective et pas prise en compte lors d’un référé.

Nous savons désormais que si M.le Maire démolit l’ancien casino des Pins avant le jugement au fond, il le fera en son âme et conscience, sachant qu’il détruira le bâtiment emblématique de la création de la station balnéaire de Sion sur l’Océan en faisant fi de l’avis des architectes du patrimoine, du désaccord de toutes les associations patrimoniales de Saint Hilaire de Riez et des demandes répétées des citoyens pour une étude financière précise du coût de restauration des façades laissées sans réponse.
Preuve a été donnée que le bâtiment ne menaçait pas ruine.

En démolissant maintenant, il sera donc le Maire qui aura réduit à néant le patrimoine balnéaire de Saint Hilaire de Riez (pourtant reconnu lors du diagnostic patrimoine de la commune fin 2013) et détruit à jamais l’identité de la station balnéaire de Sion-sur-l’Océan.


Lire aussi sur le même sujet:

Les associations culturelles de Saint-Hilaire-de-Riez contre le projet de démolition du Casino

Saint Hilaire de riez: la rentrée de tous les dangers