« il y a des microbilles de plastique et du plastique partout sur les rochers qui découvrent à marée basse: là c’est la mort des poissons et des oiseaux nicheurs de la plage ! »

Le 12 février 2016 ils étaient cinq volontaires à ramasser des déchets sur la plage de Sion.

Les bénévoles gravent le mauvais temps

Les bénévoles bravent le mauvais temps

 

Seringues sur la plage et pouces-pieds colonisant les déchets

Seringues sur la plage et pouces-pieds colonisant les déchets

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-France Simonet, vice-présidente du CPNS témoigne: « en 2h30 de présence nous avons ramassé 10 grands sacs « Vacances propres » . Compte tenu du temps, il y avait peu de monde sur la plage, à l’exception des agents municipaux occupés à évacuer le sable déposé  sur le remblai par la tempête. Ils ont très aimablement évacué la première partie de nos sacs et signalé la présence d’un container à déchets derrière le bâtiment de la SNSM. Mais du point de vue des bénévoles, ce container est trop éloigné compte tenu du poids et du nombre de sacs ! »

160212-les-pousses-pieds-colonisent-le-bocal-comp
Marie-France est formelle: elle n’a jamais vu autant de déchets arriver sur la plage: « c’est à cause de la direction du vent, bien en face de la plage ! Il y a même des déchets devant la villa Elisabeth et le sable a recouvert la descente handicapés à l’emplacement de la nouvelle bibliothèque de plage éphémère !! »

 

Au nombre des déchets relevés: beaucoup de matériel de pêche (cordages, bacs plastiques cassés, gants, …), mais aussi beaucoup de déchets venant de la terre (flacons plastique, des milliers de bouchons, beaucoup de seringues, de médias filtrants).

Marie-France Simonet constate: « Je suis étonnée de voir que les pousses pieds colonisent le plastique ou les bocaux, 

mais le pire c’est dans la mer : il y a des microbilles de plastique et du plastique partout sur les rochers qui découvrent à marée basse: là c’est la mort des poissons et des oiseaux nicheurs de la plage ! La mer en montant, a recouvert et emporté ce lit de plastique : on ne pourra plus jamais l’évacuer ! 

Après la tempête, un lit de plastiques recouvre la plage

Après la tempête, un lit de plastiques recouvre la plage

 

 

Une étude internationale annonce que plus de 5 000 milliards de débris de plastique flottent à la surface des océans, , soit plus de 260 000 tonnes. Sciencesetavenir.fr cite une étude de la Fondation Ellen MacArthur selon laquelle seuls 14 % des plastiques sont collectés dans le monde et 10 % sont recyclés. « Chaque année, ce sont 8 millions de tonnes de plastique qui partent dans les océans, ce qui revient à y déverser l’équivalent d’une benne à ordures chaque minute »