Depuis le 8 octobre, les opposants au port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer ont établi une Z.A.D. (Zone à Défendre) sur un terrain privé à proximité immédiate du site de la Normandelière, empêchant par leur présence la poursuite des travaux commencés par le promoteur du projet. Le président de la Communauté de Communes du Pays de Saint Gilles (CDC) n’a plus la main. Sa tentative de passage en force a été contre-carrée par le Préfet de la Vendée qui appelle au calme et au respect réciproque. Il semble que cet appel s’adresse plutôt au président de la CDC qui est rentré dans le rang en annulant une contre manifestation au rassemblement lancée par les opposants au port pour le samedi 19 octobre, place Napoléon à 15h.

 

Les Gardiens de la Dune

Il n’a pas dû vous échapper que les partisans du port essaient de discréditer ce mouvement naissant, en faisant référence à la Z.A.D. de Notre-Dame-des-Landes. C’est pourquoi les occupants du site de la Normandelière préfèrent être appelés « les Gardiens de la Dune« . Dimanche, les Gardiens de la Dune ont organisé une journée portes-ouvertes afin de sensibiliser et informer la population. Les 1 600 visiteurs recensés  ont pu constater le sens des responsabilités déployé par les organisateurs: fléchage clair, parkings balisés, passages sécurisés pour piétons, service de sécurité, panneaux d’affichages, points d’accueil, chiens tenus en laisse obligatoire…

La bataille médiatique s’amplifie et des articles et émissions commencent à porter l’affaire au niveau national : Le Canard enchaîné,  Le Figaro y ont consacré un article. France inter, Médiapart étaient présents ce dimanche sur le site de la Z.A.D. à l’occasion de la porte ouverte . Nous sommes tous concernés par cette médiatisation qui doit prospérer.

Mobilisez vous et mobilisez vos relations : amis, journalistes, hommes politiques…

et rendez-vous samedi 19 à 15h à La Roche-sur-Yon devant la Préfecture.

Aidez et soutenez les Zadistes en allant à leur rencontre sur le site. Faites en un lieu convivial propice à l’échange et aux rencontres.

Montrez à tous le sens des responsabilités qui nous anime.

Le CPNS ne baisse pas les bras et poursuit les actions tant sur le plan judiciaire que sur le plan de la médiation et maintien la pression sur ce dossier. Le 20 août, le CPNS avait adressé un courrier à Monsieur le Président de la République afin de l’alerter sur cette catastrophe écologique annoncée. Monsieur le Président de la République nous a répondu avoir transmis notre demande au préfet de la Vendée en  lui demandant de  nous tenir  directement informé de la suite susceptible d’y être réservée.

                   


Reproduction de la lettre adressée à Monsieur le Président de la République

 Comité pour la Protection de la Nature et des Sites

Canton de Saint-Hilaire-de-Riez

1973 – 2019 – 46 ans au service de l’environnement et du cadre de vie

 

 

Saint Hilaire de Riez, le 20 août 2019

À l’attention de Monsieur E.Macron

Président de la République

Objet : Projet de port de plaisance à Brétignolles s/mer (Vendée)

Monsieur le Président,

Nous sommes horrifiés par la décision du Préfet de Vendée du 16 juillet 2019 de déclarer le projet de port de plaisance à Brétignolles sur Mer d’utilité publique.

Lors de l’enquête publique, alors que 50% des personnes se déclaraient contre ce projet avec 66% de déclarations justifiées, seuls 12% des favorables présentaient des arguments étayés !

L’avis des Commissaires Enquêteurs restait favorable avec une réserve importante : qu’une étude hydrogéologique complémentaire et indépendante soit réalisée afin de répondre au risque de rabattement de la nappe phréatique présente en sous-sol, risque exprimé par 2 experts en géologie. Celle-ci n’a pas été effectuée correctement mais Monsieur le Président de la Communauté de communes à l’initiative de ce projet ferme les yeux et prend le risque de supprimer l’accès à l’eau potable pour une grande partie de la population alors que les restrictions d’eau en Vendée sont indispensables depuis plusieurs étés !

D’autre part, la construction du port va nécessiter le minage par explosifs de rochers pour élaborer un chenal d’accès avec les conséquences prévisibles d’ébranler les habitations côtières, de rompre les fondations des réseaux d’assainissement et d’eau courante, de modifier le transit sédimentaire, de supprimer la dernière belle plage de la commune de Brétignolles sur Mer et de créer un port d’accès dangereux comme celui de Port Bourgenay à quelques encablures des Sables d’Olonne qui provoquent des morts encore aujourd’hui !

Ce projet est une folie meurtrière. C’est un non-sens écologique alors que nous devons protéger la biodiversité, ICI on la détruit en mer et sur terre, alors que le trait de côte recule dans les terres, ICI on entaille la dune pour faire entrer la mer et risquer les submersions.

Comment peut-on parler d’utilité publique devant tous ces risques avérés et cette destruction irréversible d’un espace remarquable naturel plébiscité par la population locale et les estivants depuis une vingtaine d’années ?

Au nom des générations futures et du CPNS, association d’intérêt général, membre de France Nature Environnement, nous vous demandons, Monsieur le Président, de revoir la décision de Monsieur le Préfet de Vendée et de stopper ce projet comme vous l’avez décidé pour celui de l’aéroport de Notre Dames des Landes.

Nous vous remercions par avance de prendre en compte notre demande qui est aussi celle de milliers de personnes et vous prions d’agréer l’expression de notre considération distinguée.

Pour le CPNS, la présidente MF Simonnet