Reproduction de l’article paru dans l’édition du journal OUEST-FRANCE du 23 mars 2016

La plage de Boisvinet nettoyée dimanche.

Une quarantaine d’adultes et quelques enfants ont participé au nettoyage écologique de la plage de Boisvinet : un record !Le Centre de protection de la nature et des sites (CPNS) organisait, dimanche, un nettoyage écologique de la plage de Boisvinet. Celui-ci a attiré une quarantaine d’adultes et quelques enfants : un record pour le 2e ramassage de la saison programmé par le Centre sur le canton. Le CPNS remarque que, parmi les participants, de plus en plus de personnes ramassent spontanément les déchets sur les plages. L’animation de ce dimanche a permis de répondre à plusieurs de leurs questions. Sur la laisse de mer, d’abord : les éléments naturels comme le bois, les algues ou les restes d’animaux marins doivent rester en place, comme les œufs de raie, de roussettes ou de bulots, même vides et desséchés, qui peuvent encore servir aux insectes, oiseaux ou poissons. Sur l’endroit où déposer les déchets : de plus en plus de communes littorales mettent à disposition des bacs à marée, comme sur la grande plage de Saint-Gilles. Ces bacs sont destinés aux dépôts des collectes volontaires, effectuées au jour le jour par les usagers ou personnes sensibilisées à l’écologie. Le CPNS a fait une demande de bacs à marée auprès de la commune de Saint-Hilaire-de-Riez, qui n’en est pas encore équipée. Bilan du ramassage de dimanche : six sacs de 120 litres, bien pleins de petits déchets plastiques et morceaux de cordage, les plus difficiles à ramasser et sans doute les plus polluants pour le milieu.« Et, dans les criques alentour, nous avons retrouvé un flacon d’adoucissant vide, une canette de bière, une cartouche d’imprimante ou des lunettes de soleil d’enfant, constate Marie-France Simonet, du CPNS,preuve que la majorité des déchets provient bien de la terre : 80 %, comme l’a mesuré Surf rider. »

Article issu de l’édition de Challans – Saint-Gilles-Croix-de-Vie du mercredi 23 mars 2016


Lire notre compte-rendu, cliquer ici