Le journal Ouest-France consacre une rubrique régulière aux bénévoles oeuvrant au sein des associations locales. Le portrait du 29 avril est consacré à Marie-France SIMONE, co-vice-présidente du CPNS. Une bonne occasion pour les adhérents et sympathisants du CPNS de mieux la connaître.

Reproduction de l’article issu de l’édition de Challans – Saint-Gilles-Croix-de-Vie du vendredi 29 avril 2016


 

 

 

 

Marie-France, engagée pour l’environnement

Portraits de bénévoles. Saint-Hilaire compte une centaine d’associations. Sport, culture, solidarité… Nous sommes allés à leur rencontre.

Trois questions à…

Marie-France SIMONNET
Marie-France Simonnet , très active dans plusieurs associations.

Tout un périple vous a conduit à Saint-Hilaire et au domaine associatif… 
Rien ne m’y destinait particulièrement. Même si à 85 ans, mon père exerce toujours en tant qu’estampeur-graveur dans une entreprise familiale, il est le dernier à pratiquer ce métier sous sa forme traditionnelle. J’en ai sans doute puisé l’envie de maintenir les traditions et de préserver ce qui mérite. Nous avons beaucoup bougé avec le travail de mon mari. C’est à Toulouse que j’ai connu le milieu associatif avec la course à pied pendant sept ans et dans une crèche parentale pendant trois ans. En 1997, après une balade à l’Île d’Yeu, nous avons été immédiatement séduits. On y a repris un commerce de location de vélos pendant quatre saisons, on faisait des visites guidées. Les questions d’intégration m’intéressaient et j’ai adhéré à l’association des Amis de l’île d’Yeu. Puis, en 2001, mon mari repart à Paris, je tiens à rester en Vendée, mais sur le continent pour les études des enfants. Nous nous séparons. La côte s’imposait et je m’installe à Saint-Hilaire, sur les conseils d’amis.

Une fois à Saint-Hilaire, vous avez pris de nouveaux engagements ? 
Dès novembre 2001, j’ai adhéré au Jogging-club et je suis entrée au bureau pour la gestion des courses. Je suis toujours membre de l’association qui m’a permis de découvrir la diversité des paysages de la commune. En 2009, une amie me fait connaître le Pont, à Sion, une association de rencontres amicales entre anglophones et francophones permettant à chacun de s’améliorer dans l’autre langue. En 2010, j’adhère au CPNS (Comité pour la protection de la nature et des sites). J’entre au conseil d’administration en 2013, dont je suis vice-présidente depuis 2014. Créé en 1973, il intervient avec d’autres associations similaires sous l’égide de Coorlit85 (Coordination des associations environnementales) et de France nature environnement, dont la fédération nationale regroupe 3 000 associations. Plus récemment, en 2014, j’ai créé, avec d’autres personnes, le collectif de défense du patrimoine balnéaire de Sion-sur-l’Océan qui a pour objectif de le préserver et de le valoriser.

Quels sont vos projets ? 
L’essentiel est de poursuivre la défense de l’environnement à l’échelle du canton sous toutes ses formes, ce qui inclut les questions sociales et le secteur de santé. Il y aura aussi la Fête de la nature, sur les rives du Jaunay, mercredi 24 mai, la gestion des dunes et de la forêt domaniale, dimanche 29 mai, visite d’une ferme bio, à Soullans, lundi 6 juin.Contact : cpns85.fr tél. 06 10 66 16 82 ; site : http://cpns85.fr

Article issu de l’édition de Challans – Saint-Gilles-Croix-de-Vie du vendredi 29 avril 2016


02/05/2016 – ANIMATIONS CPNS: CORRECTIFS – Ouest-France s’est un peu mélangé les pinceaux concernant les animations du CPNS. Les prochaines animations sont :

  • la fête de la nature organisée par le CPNS qui aura lieu le dimanche 22 mai avec un pique-nique partagé et une promenade le long du lac du Jaunay avec visite possible de l’usine d’eau potable.
  • l’accompagnement des enfants du Conseil municipal des jeunes du Fenouiller pour un ramassage écologique de la grande plage de Saint-Gilles qui se déroulera le samedi 4 juin.
  • le repair-café organisé en partenariat avec le centre socioculturel de St Gilles Croix de Vie qui est fixé au samedi 11 juin.