Le président du CPNS est mort brutalement à 70 ans. Il était très impliqué au niveau environnemental.
Nécrologie 
« Son enthousiasme, sa générosité et sa profonde gentillesse vont énormément nous manquer ». C’est par ces quelques mots que la Fédération France nature environnement (FNE) Pays de la Loire a annoncé le décès de Benoît Graux, jeudi soir, sur sa page Facebook. Une mort brutale qui a laissé abasourdi beaucoup de ceux qui l’ont côtoyé au cours de ses combats environnementaux. Notamment à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, où il était président du CPNS, le Comité pour la protection de la nature et des sites, depuis 2007.

« Avant-hier, nous avons attendu Benoît en vain lors d’une réunion de travail aux Sables-d’Olonne et il nous a bien manqué. Hier, nous avons su qu’il nous manquerait toujours », ont réagi les membres de France nature environnement Pays de la Loire, Vendée nature environnement, Coorlit 85 et ses associations membres. Ils évoquent un homme « passionné » qui s’intéressait à tout :« Protection du littoral, transition énergétique, gestion du milieu maritime, déchets, agriculture… »

Pourtant, au départ, rien ne semblait prédestiner Benoît Graux à cet engagement.« Il a travaillé dans le monde de la finance, dans une société de réassurance et de sauvetage d’entreprises en faillite », rappelle Xavier Metay, le coordinateur de FNE Pays de la Loire. Basé longtemps à Paris, Benoît Graux a fini sa carrière à Tours. Puis, au fil des années, il est venu de plus en plus souvent à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, où son beau-père avait une maison. C’est comme cela « qu’il a connu les actions du CPNS » , avant d’en devenir président en 2007. Depuis, il partageait son temps « entre Nantes et le canton de Saint-Gilles-Croix-deVie ».

Benoît Graux n’était pas seulement connu au niveau local. Depuis 2008, il était aussi administrateur du FNE Pays de la Loire, cette fédération qui regroupe 70 associations de protection de la nature et de l’environnement dans la région. « C’est quelqu’un de très investi, très dynamique, qui siégeait dans de nombreuses commissions où il représentait le mouvement associatif », poursuit Xavier Metay. C’était une personnalité marquante du monde de l’environnement en Vendée et en Pays de la Loire.

Ses obsèques seront célébrées lundi, à 10 h 30, en l’église Saint-Gilles.

Article issu de l’édition de Challans – Saint-Gilles-Croix-de-Vie du samedi 2 avril 2016