• « Les économies d’énergie, c’est maintenant, ce n’est ni demain, ni 2020, ni 2030, c’est tout de suite »

Qui dit cela?

Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie -février 2015.

 

Pourquoi cette urgence ? Les Experts du Climat (GIEC) nous alertent : il faut réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre (GES) sinon le dérèglement du climat remettra en cause le maintien de sociétés humaines sur la Terre : augmentation des épisodes de sécheresses, inondations, tempêtes, montée des eaux, diminution des productions agricoles, augmentation des conflits géopolitiques et guerres climatiques : peut-on éviter ce sinistre scénario ?

Inquiétant : la Terre peut recycler 11 milliards de tonnes de GES ; nous sommes 7 milliards, le quota individuel est donc de 1,6 tonne de GES ; mais chaque français émet 10 tonnes par an…

Quel constat ?

Nos activités ordinaires consomment de l’énergie et émettent des gaz à effet de serre.  Exemples :
– le chauffage d’un logement de 100m²  = 2.200 litres de fuel ou 2.400m3 de gaz = émission de 5 tonnes de GES (en teq CO2)
– l’usage d’une voiture, 15.000km/an et 7 litres aux 100 = émission de 2,5 tonnes de GES

Que faire ?

Déjà revoir la façon d’exprimer un besoin : remplacer la question « quelle solution ? » par « quel besoin ? »

chauffer mon logement :  quel besoin ?  La réponse « confort et chaleur » combine des facteurs favorables aux économies d’énergie et à l’environnement : « isolation » et « captation de la chaleur solaire ».
Dans l’ancien, que consomme mon logement ? Comment réduire la facture ?  Isoler en priorité la toiture, les murs et les fenêtres : le gain est immédiat (70 à 90 %).Le choix des équipements est source d’économie en conjuguant sobriété et efficacité : utiliser juste ce qu’il faut pour mon besoin, utiliser un appareil performant et adapté à mon usage : exemple : la régulation du chauffage permet d’adapter la température aux moments de la journée (jour/nuit).

Passer de 20°C à 19°C, c’est économiser 7 % d’énergie de chauffage.

Pour mes déplacements : le transport, qui dépend du pétrole, émet 25 % des GES ; les déplacements professionnels représentent seulement 1/3 de nos déplacements

la moitié des trajets de 5 km est réalisée en voiture.

Les bons gestes : diminuer le besoin de déplacements, favoriser les modes actifs (vélo, marche), optimiser l’usage de la voiture (covoiturage, réduction de la vitesse), utiliser les transports en commun : à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le Gillobus va dans le bon sens ; mais la rénovation de la ligne SNCF en maintenant des trains fonctionnant au fuel a-t-elle un sens ?