Le préfet de la Vendée a ordonné l’ouverture de l’enquête publique relative au projet de nouvelle station d’épuration des eaux usées portée par la Communauté de Communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, suite à sa prise de compétence « assainissement » au 1er janvier 2018.

Un projet dispensé d’étude d’impact

Alors que le projet concerne peu ou prou l’estuaire de la Vie, les fleuves et rivières La Vie, Le Fenouiller, Le Ligneron, des zones humides et un site Natura 2000, sa réalisation est dispensée d’étude d’impact suite à la mise en œuvre d’une demande d’examen « au cas par cas 1». Le dossier s’appuie donc sur l’étude d’incidence environnementale requise, portant sur la globalité de l’opération, et comprenant une étude d’incidence spécifique sur les zones NATURA 2000.

POINTS NÉCESSITANT UNE ATTENTION PARTICULIÈRE

Les eaux épurées issues de la nouvelle station rejoindront l’estuaire de la Vie en berge opposée du point de rejet actuel, grâce à la mise en place d’une canalisation de transfert jusqu’au pont de la RD 38 bis. L’opération intègre des travaux de mise en œuvre de nouvelles canalisations enterrées d’eaux usées brutes et de rejet d’effluent épuré. Ces travaux consistent en la mise en place des conduites -prévue en accotements de voirie, sous pistes cyclables ou en accotement de chemins communaux- au moyen d’un chantier mobile occupant une largeur de piste de travail de 12 m maximum. Si cette proposition emporte l’adhésion, on relèvera que l’impact sur les fossés et haies attenantes est minimisé par le dossier et qu’aucune mesure compensatoire n’est prévue.

-le rejet à l’estuaire de la Vie est maintenu, au droit du pont de la RD 38 bis, mais en rive gauche, soit en berge opposée de l’exutoire actuel. Comme c’était le cas pour la station actuelle, les rejets en estuaire, dans une zone de reproduction des poissons, n’est pas sans inquiéter.

– sur le dernier tronçon de pose de la conduite de rejet à l’estuaire, le chantier interviendra en Zone Humide à protéger au titre de l’article 5 du Règlement du SAGE « Vie et Jaunay », sur une emprise totale de chantier d’un maximum de 900 m2. La remise à l’état initial impérative prévue au dossier laisse perplexe.

– une trouée d’une dizaine de mètres dans une haie fréquentée en particulier par l’Hypolaïs polyglotte, oiseau nicheur protégé, est prévue pour assurer l’accès à la station. Le projet prévoit qu’elle soit réalisée hors période de nidification. Le linéaire supprimé serait compensé par des plantations prévues en aménagement paysager (linéaire d’au moins 20 m de plantation de ligneux bas de type aubépine, prunellier, orme). Cette compensation emporte la même remarque que le point précédent.

– une imperméabilisation de 50m2 d’une zone humide compensée par une surface totale disponible de restauration prévue au projet représentant 4 500 m2 (réhabilitation des terrains cultivés de façade Est en zone prairiale humide). 

-les boues résiduaires produites ne permettent pas, comme actuellement, une valorisation agricole locale et seront, comme actuellement, évacuées vers un site de compostage (plateforme de SOULLANS). La valorisation du coût « carbone » de ce transport.

 

PRÉSENTATION SUCCINCTE DU PROJET

(extraits)

 

Nécessité de remplacement de la station du Havre de Vie

La nouvelle station d’épuration doit permettre de répondre aux normes environnementales en matière de valeurs limites des rejets épurés pour le phosphore et l’azote et traiter des eaux usées d’une capacité de traitement de 102 000 équivalent-habitants (en pointe estivale)

Devenir de l’ancienne station

L’ensemble des ouvrages d’épuration existants seront démolis après mise en service de la nouvelle station, à l’exception du bassin tampon actuel qui sera alimenté par le poste de relèvement existant également conservé pour collecter les sur-débits, ainsi que du bâtiment technique abritant la filière de désodorisation à réutiliser.

Zonage concerné par le projet

Le projet concerne les systèmes d’assainissement actuels de la station d’épuration du Havre de Vie (SAINT-GILLES-CROIX-DE-VIE, de SAINT-HILAIRE-DE-RIEZ, hors zone littorale Nord, et secteur dit du Val de Vie de LE FENOUILLER), de la station d’épuration de La Coutellerie de LE FENOUILLER et des 2 unités de traitement de la commune de NOTRE-DAME-DE-RIEZ.

Les installations de traitement elles-mêmes seront implantées dans une emprise clôturée d’environ 34 400 m2, hors voie d’accès.

Type de traitement choisi pour la nouvelle station

Le principe d’épuration sera de type « boues activées à faible charge » consistant à revaloriser les eaux usées en y introduisant un concentré de bactéries diverses. On ajoute à ce mélange un brassage mécanique qui permet l’oxygénation du tout, nécessaire au bon fonctionnement des bactéries et à la dégradation des matières. Le dossier de présentation précise que le traitement sera complété par une désinfection par Ultra- Violets fonctionnant en période estivale.

Travaux à engager

La réalisation du projet nécessite la construction sur le site actuel de la station du Havre de Vie d’un nouveau Poste de Refoulement Général et de régulation des eaux usées (PRG) et la mise en place d’une conduite de refoulement entre le nouveau PRG et le futur site de GIVRAND, le long de la RD 38 bis et de la RD 6, puis les chemins du Grand Fief et du Champ de Buzin jusqu’au site du Soleil Levant, avec, en parallèle, la mise en place d’une canalisation de rejet depuis la nouvelle station jusqu’à l’estuaire de la Vie, au niveau du point de rejet actuel (pont de la RD 38 bis) mais en berge opposée.

De nouveaux postes et conduites de refoulement sur le système d’assainissement de la Coutellerie (Le Fenouiller) du Bardy et du Ligneron (Notre-Dame -de-Riez) et le raccordement de la ZAE du Soleil Levant.

Autres points sensibles relevés dans le dossier

Le traitement des odeurs et du bruit.

Selon le dossier :

-La station sera équipée d’une filière de traitement de l’air assurant la désodorisation avant rejet à l’atmosphère de l’air vicié; le débit d’air total à désodoriser représentera un maximum de 42 000 m3/h. La filière de désodorisation existante d’une capacité traitement de 27 000 Nm3/h, couvrira les besoins futurs de l’ensemble du site, et sera donc conservée, de même que le ventilateur qui lui est associé.

-Toutes les sources de bruit installées sur la nouvelle station, dont certaines importantes, seront confinées dans des locaux spécifiques insonorisés

 

Les nouveaux réseaux de transfert à mettre en place

On retiendra que certaines particularités de réalisation technique sont à préciser :

-sous l’estuaire de la Vie, sous la Vie au niveau du barrage des Vallées ainsi que sous le Ligneron les traversées réalisées en forage dirigé en souterrain;

-Le franchissement du ruisseau du Grenouillet devrait être réalisé sans affecter son lit, par passage sous (ou au-dessus) l’ouvrage de busage du cours d’eau sous la RD 38 bis, mais qui devrait être franchi en tranchée ouverte à proximité du site du Soleil Levant (partie amont du cours d’eau).

 

Consultation du dossier et données pratiques

Le lieu d’implantation de la future station étant situé sur la commune de Givrand au lieu dit « Le soleil levant » , le dossier d’enquête est consultable sur cette commune aux heures habituelles d’ouverture de la mairie. Les pièces de l’enquête sont également disponibles au téléchargement (cliquer ici)

Le calendrier de présence du commissaire enquêteur en mairie est le suivant:

le 29/07 de 9h à 12h ; le 07/08 de 14h à 17h ; le 13/08 de 9h à 12h ; le 19/08 de 14h à 18h

 


1certains projets, plans ou programmes, par leurs caractéristiques propres, sont soumis de manière systématique à évaluation environnementale, d’autres doivent faire l’objet d’un examen au cas par cas afin de déterminer, au regard de leurs possibles impacts notables sur l’environnement, si une évaluation environnementale doit être réalisée. Cette décision est prise par l’autorité environnementale.