Dans notre article paru hier consacré à la décision de la CNAC de rétoquer pour la seconde fois le projet d’aménagement commercial de l’espace de l’Île aux jeux à Saint-Hilaire-de-Riez, nous nous sommes gardés de tout triomphalisme. En effet, il nous faut attendre la notification de la décision avec ses considérants pour donner le sens réel de la décision de la CNAC; Or ce document ne nous parviendra pas avant trois semaines.

Dans l’attente, nous posions la question de savoir quelle serait la position du pétitionnaire et de la mairie, propriétaire du terrain. Un début de réponse nous est donné par un article publié par le journal Ouest-France du 24 novembre reproduit ci-dessous. Selon le quotidien, le maire de Saint-hilaire-de-Riez  préférerait aujourd’hui « un projet beaucoup plus intégré dans son espace paysager », tout en lui conservant une vocation commerciale.

A ce stade du dossier, nous réiterons notre volonté de voir cet espace maintenu en parc avec accès libre au public. C’est le sens de la pétition remise au maire en 2012. C’est aussi respecter le sens originel des cessions de terrains consenties à la commune pour l’établissement d’un domaine d’utilité public classé en zone de loisirs.

 


 

Article issu de l’édition de Challans – Saint-Gilles-Croix-de-Vie du mardi 24 novembre 2015

L’Île aux Jeux s’oriente vers un nouveau projet

Un ensemble commercial 
Le dossier de l’Île aux jeux fait débat depuis trois ans maintenant… C’est sur ce terrain, au Terre-Fort, près de l’Hyper U, qu’est envisagée la création d’un ensemble commercial de 8 681 m2 comprenant une jardinerie, un magasin de bricolage et divers commerces. Mais ce projet ne fait pas l’unanimité. Deux camps s’opposent. D’un côté, la Ville et l’enseigne Weldom (devenue la Jardinerie et qui souhaite transférer le magasin). De l’autre : le Collectif de défense de l’espace de loisirs de l’Île aux jeux, Inovée, le CPNS et une enseigne commerciale.Un deuxième refus
En juin, le tribunal administratif de Nantes avait enjoint la Cnac (Commission nationale d’aménagement commercial) à revoir sa position, alors qu’elle s’était prononcée contre la création de cet ensemble commercial. Le 12 novembre, c’est ce qu’elle a fait. Mais elle a pris à contre-pied le tribunal administratif et s’est une nouvelle fois opposée au projet. Surprise, comme le note le CPNS (Comité pour la protection de la nature et des sites) sur son site internet,« la Ville de Saint-Hilaire-de-Riez n’était pas représentée » lors de cet examen.Un nouveau projet 
Et pour cause. Laurent Boudelier, le maire, souhaite aujourd’hui tout remettre à plat. Pas convaincu par« le choix de l’aménagement urbanistique » fait par la précédente équipe municipale. Il préférerait« un projet beaucoup plus intégré dans son espace paysager », tout en lui conservant une vocation commerciale. L’heure est donc aux réunions qui permettront d’esquisser un nouveau projet.

Marylise KERJOUAN.

article.png