Après un pique-nique sur les rives du Jaunay en 2015, le CPNS a choisi de fêter la nature par un nouveau pique-nique partagé au camping de la Guyonnière, aux abords du lac du Jaunay. Le choix d’un camping peut légitimement interpeler les défenseurs de la nature. Cela mérite donc quelques explications.

 

Pourquoi ce lieu ?

Benoit Graux avait rencontré Pierre Jaspers, le gérant du camping de la Guyonnière à l’occasion de l’enquête publique concernant l’extension de la carrière de la société des Carrières et Travaux de la Côte Vendéenne (CTCV) qui exploite une carrière de roches massives (gneiss et rhyolite) sur le lieu dit « La Roche-Guillaume ». Même si une partie de la carrière se trouve à Saint-Julien-des-Landes, hors du champ d’action du CPNS, son extension ne sera pas sans répercussions sur le lac du Jaunay et son bassin versant relevant du domaine d’actions du CPNS. Nous étions donc venus en appui de l’action menée par les campings riverains qui craignent pour leur environnement. L’autorisation initialement accordée par arrêté préfectoral sur la base de l’ancien PLU de Saint-Julien-des-Landes est actuellement suspendue, la révision du PLU ayant été partiellement annulée par le préfet le 17 décembre 2015. Cette situation juridique intermédiaire équivoque n’a cependant pas empêché la société CTCV de continuer ses travaux d’extension. Qu’adviendra-t-il du site ainsi défiguré si l’autorisation d’exploiter ne peut être confirmée ?

Le CPNS souhaitait donc marquer par sa présence son soutien à ce camping dont la démarche environnementale nous semble exemplaire à plus d’un titre.

Même si la météo n’a pas été favorable, nous avons bénéficié d’un accueil chaleureux de la part de Pierre Jaspers et souhaitons plébisciter son établissement. 

Une démarche originale

Pierre Jaspers a créé le camping en 1990 en ayant racheté une ancienne ferme à rénover avec une surface agricole de 30 ha : il s’est attaché à conserver les haies existantes et à installer les infrastructures de son camping sur 20 ha en respectant le plus possible l’environnement.

Camping de la Guyonnière

Camping de la Guyonnière

« Les différents terrains ont été créés sur les champs d’origine ayant gardé leur nom et leur forme. Rien n’a été détruit, tout a été adapté en accord avec la végétation déjà existante (arbres, plan d’eau intacts). C’est la raison pour laquelle nous trouvons de vastes espaces verts sur bon nombre de terrains »

Il a créé avec ses confrères, le Pin Parasol et la Garangeoire, l’association des campings du Jaunay qui sont aujourd’hui écolabellisés avec le souci de conserver un quota d’emplacements nus (sans Mobil’home ou chalets) pour garder l’esprit du camping en pleine nature et préserver les paysages et la biodiversité de ce magnifique territoire.

Que veut dire l’éco label à la Guyonnière ?

Dans le livret d’accueil du camping, le thème de l’éco-camping est décliné sous 4 axes :

  • Energie : priorité aux économies en matière de chauffage et d’éclairage (ampoules basse consommation) et veille à bien éteindre les appareils

  • Eau : pour les draps et serviettes loués, la direction préconise de demander un échange pas trop fréquent, elle utilise alors des cycles de lavage économique. L’attention est portée sur le non gaspillage de l’eau, ressource limitée et précieuse (cf compte-rendu de visite de l’usine d’eau potable du Jaunay). Le service d’entretien du camping n’utilise que des produits naturels comme le vinaigre d’alcool, le savon noir et le bicarbonate de sodium.

  • Déchets : une attention particulière est porté sur les déchets sanitaires (ne pas jeter coton tige ou serviettes hygiéniques dans les toilettes, c’est le pb classique des rejets de stations d’épuration ; il existe une collecte de déchets dangereux, du tri sélectif et du compostage sur le terrain de camping ; pas d’utilisation de produits jetables pour les plats à emporter et demande aux clients d’éviter d’acheter des produits sur-emballés pour réduire les déchets. Il existe un service de recyclerie au sein du camping puisqu’Emmaüs passe pour récupérer le matériel que les clients veulent jeter.

  • Transports : la priorité est donnée aux transports doux : les promenades pédestres sont mises en avant et un service de location de vélos est disponible.