Monsieur le maire de Saint-Gilles-Croix-de-Vie a officiellement annoncé la pérennisation de la boîte à dons lors d’une conférence de presse organisée le 8 septembre sur le site de l’expérimentation, en présence d’élus, de représentants de la communauté de communes, de la chambre de commerce et de MF Simonnet et C. Feuillet présidente et vice-président du CPNS. A cette occasion, le maire a confirmé le partenariat de la ville avec le CPNS dont les bénévoles assureront une partie du suivi de la gestion des dépôts. Une convention en ce sens devra officialiser ce nouveau partenariat.

Une réflexion va maintenant s’engager pour protéger la boîte à dons des intempéries à venir.

Lire ci-dessous la reproduction du compte-rendu du journal Ouest-france, article issu de l’édition de Challans – Saint-Gilles-Croix-de-Vie du vendredi 9 septembre 2016


 

ginette-b-boite-a-dons-©Ouest-France

 

Extrait de la première page du journal

À Saint-Gilles, la boîte à dons fait un carton

En France, 90 % des objets en bon état dont nous ne nous servons plus sont jetés ou abandonnés. Ce qui explique sans doute le succès de la boîte à dons, testée cet été. Chacun peut y déposer des objets qu’il n’utilise plus ou se servir gratuitement.

 

 

 

 

Article paru page Vendée, p8

À Saint-Gilles, la boîte à dons fait un carton

En France, 90 % des objets en bon état dont nous ne nous servons plus sont jetés. Ce qui explique sans doute le succès de la boîte à dons, testée cet été dans la station balnéaire.

_______
L’initiativeidee-lumineuse-la-boite-dons-fait-un-carton-©Ouest-France

Devant la boîte à dons, les élus et les partenaires de l’opération ont dressé le bilan de 36 jours de tests. De gauche à droite:  Marie-france Simonnet (CPNS), Joël Giraudeau (office du tourisme), Cyriaque Feuillet (CPNS), François Blanchet (maire) Philippe Bernard (élu à la communauté de communes), Nicole Boulineau(conseillère municipale) et Romaric Lesaint (animateur de prévention déchets)

 

 

Un test concluant 
Il y a 36 jours, date de son lancement, la boîte à dons de Saint-Gilles était quasiment vide. Hier matin, elle regorgeait de livres, de chaussures, d’objets de cuisine et même de cassettes VHS.

   Autant d’objets gratuits qui devraient trouver preneur« en quelques heures, voire en quelques secondes », sourit Romaric Lesaint.

   Le principe ? Chacun peut y déposer des objets qu’il n’utilise plus ou se servir gratuitement. Cet été, l’animateur de prévention déchets est passé chaque jour faire un cliché de cette armoire pleine de surprises, ouverte 24 heures/24.

   Verdict ? C’est presque un sapin de Noël« avec un stock qui tourne à 90 % chaque jour ». 

DVD, aquarium, fer à repasser… 
Ce jeudi matin, en l’espace d’une demi-heure, quatre passants se sont arrêtés devant cette boîte aussi appelée givebox. Parmi eux, Ginette, qui a appris son existence mi-août. « J’y ai déposé des livres et dès le lendemain, ils n’y étaient plus. Depuis, j’y ai pris pas mal d’affaires, des habits que je relave, deux sacs à main… » 

   Et aujourd’hui, c’est une paire de chaussures« beaucoup trop petite » qu’elle est venue déposer. Sur Facebook, Pascale raconte ainsi y avoir trouvé une trottinette et un camion de pompiers. Et puis il y a eu les jouets de plage, les magazines, de la déco, etc.

Un endroit stratégique 
Cette initiative de la communauté de communes a séduit la ville de SaintGilles-Croix-de-Vie. Avec un cassetête à la clé : où la positionner « car il ne fallait pas que les voitures puissent approcher trop près, il fallait qu’elle soit camouflée, mais aussi dans un endroit passant …» liste François Blanchet, le maire.

   C’est finalement au cœur de la ville, derrière un peu de verdure, mais à deux pas du pont de la Concorde, qu’elle a trouvé place. Bonne nouvelle :« l’aménagement a été respecté avec une seule dégradation », en l’occurrence une étagère brisée aussitôt remplacée, note Philippe Bernard, élu à la communauté de communes en charge des déchets.

Ça papote et ça innove 
Cyriaque Feuillet s’est lui aussi prêté au jeu cet été. Membre de l’association partenaire de l’opération (1), il se rappelle toutes ces discussions engagées au pied de l’armoire. Comme avec cette élue de Rouen, décidée« à vendre le concept à sa commune ». Ce matin-là, elle était venue déposer une couverture propre « en espérant qu’un SDF la prenne ». 

   Parfois aussi, la surprise était au rendez-vous. Comme pour l’entreprise Visa Vie, qui vend des promenades en bateau à quelques mètres de la boîte à dons et qui a découvert, un matin, « un cadre photo avec un ancien bateau de l’entreprise ». 

   Peu à peu, les utilisateurs ont même « aménagé » le concept en scotchant leur numéro de téléphone pour donner leurs objets trop encombrants ou inadaptés à la givebox : un lit, de la vaisselle, des chatons…

Et maintenant ? 
Face à ce test concluant, la ville de Saint-Gilles a décidé de poursuivre l’expérience en faisant quelques aménagements pour protéger l’armoire « de la pluie, de la tempête et du froid » cet hiver. Un agent continuera d’y passer chaque jour.

Du côté de la communauté de communes, on pense aussi à installer de nouvelles boîtes, l’été prochain, dans d’autres communes ou « dans les campings volontaires » dans ce territoire qui dispose de « 50 000 lits touristiques » indique Joël Giraudeau, le président de l’office de tourisme.

Marylise KERJOUAN. 

(1) CPNS (Comité pour la Protection de la nature et des sites). Notre vidéo sur www.ouest-france. fr /saintgillescroixdevie 

Article issu de l’édition de Challans – Saint-Gilles-Croix-de-Vie du vendredi 9 septembre 2016