Le comité de pilotage NATURA 2000  dunes de la Sauzaie et marais du jaunay a tenu sa réunion annuelle de bilan. Notre représentant au sein de cette commission en dresse un compte-rendu succint.

Gestion des marais

Les mesures Agro-Environnementales et Climatiques -accompagnement financier des exploitations agricoles- ont été prolongées d’un an dans l’attente d’une nouvelle programmation pluri-annuelle. Le retard dans le règlement des subventions -qui décourageaient les exploitants à entrer dans le système- semble se résorber. Ces mesures s’inscrivent dans le projet d’aménagement de territoire environnement et climatique porté par le SAGE et la chambre régionale d’agriculture mis en oeuvre le bassin versant de la Vie et du Jaunay. Le projet prend en charge la gestion extensive des prairies avec une réglementation des périodes de pâturage et de fauche. 69% du territoire (364ha sur 528ha) est contractualisé, ce qui correspond à la quasi-totalité de la surface contractualisable. L’action s’est donc surtout concentrée sur de l’animation et l’accompagnement des contrats en cours. Au titre des animations, on retiendra l’animation « intérêt écologique des bords de fossés de marais et pratiques agricoles favorables à la biodiversité » avec l’intervention de la LPO. 21 personnes l’ont suivie, représentant 12 exploitations.

Il reste que les exploitants impliqués réclament une juste rémunération de leur implication en faveur de l’environnement, estimant agir pour le bien de tous au détriment de la rentabilité de leurs exploitations.

Les espèces envahissantes

Le territoire comprend 18km de cours d’eau et 75km de fossés de marais. Le bilan 2018 de l’arrachage manuel des plantes envahissantes du Marais du Jaunay et du Gué Gorand (Myriophylle du Brésil et Jussie) concerne un linéaire de 270km (2 fois plus qu’en 2013) pour un volume extrait de 35m3 (34m3 en 2013). On constate donc un succès de l’opération avec plus de passages pour des volumes d’arrachage deux fois moindre. Par contre, l’arrachage de l’Egeria densa qui est une plante complètement aquatique et très cassante est plus problématique : il semble que l’intervention humaine soit plus aggravante qu’autre chose. Il a donc été décidé de cesser d’intervenir. Le bilan est quasi stationnaire avec 36 fossés colonisés et 2 500 mètres linéaires de rivières envahis (+1%). L’observation continue. A noter que ces plantes sont toujours en vente dans les jardineries !

 

Gestion de la dune

Les missions de travaux, d’entretien et de surveillance du terrain se poursuivent. Un observatoire de la dune a été mis en place avec un suivi photographique au sol. 97 sites témoins ont été identifiés par GPS sur le site Natura 2000. Afin d’avoir un niveau pertinent d’observation, les relevés se feront tous les 3 ans. Au niveau du bilan, la canalisation des flux a largement été débattue. La création de nouveaux sentiers se heurte à l’identification des propriétaires fonciers. Le balisage grillagé a un coût.

La gestion des espèces envahissantes sur la dune fait l’objet d’une cartographie. Sont concernés les oliviers de Bohême, baccharis,robiniers faux acacias. A noter aussi l’arrachage régulier des jeunes arbres fermant le milieu (essentiellement des chênes verts et des peupliers) afin de multiplier les points de vue sur la vallée du Jaunay et maintenir une structure végétale équilibrée ur l’ensemble dunaire. Evidemment, la lutte contre les plantes invasives avec des campagnes d’arrachage se poursuit.

Des animations scolaires sont réalisées par le garde du littoral. En 2019, 30 séances ont été programmées concernant la découverte de l’estran rocheux, la diversité des arbres de la coulée verte, la vie dans la dune ou encore la vie sous les rochers à marée basse.

Quelques incivilités sont pointés du doigt : départs de feux, détritus divers, extractions de sable.